INTERVIEW DE PRÉSENTATION DE PANDA ERP

Intégrateur de logiciel gestion d'entreprise

1 . Anthony, David et Antoine dans quel contexte avez-vous créé Panda ERP ?

Anthony :

David, Antoine et moi nous connaissons depuis plus d’une dizaine d’années. Nous nous sommes rencontrés au moment de nos études. Nous venons tous les trois de secteurs d’activités différents : David a un profil plus technique, Antoine a une grande expérience dans le secteur de la Qualité, sécurité et environnement et j’ai pour ma part fait mes armes dans le commerce. Nous nous sommes rendus compte qu’en alliant nos compétences, nous pouvions fournir un service qui réponde à des besoins concrets que nous ressentions dans les entreprises : des besoins de digitalisation des procédures internes et de la gestion d’entreprise de façon plus générale. Nous avons notamment remarqué que sur le marché de la gestion de la relation client (CRM, Customer Relationship Management) et des progiciels de gestion intégrés (ERP, Enterprise Resource Planning), il y avait certes de nombreux acteurs mais que la relation client de proximité et d’accompagnement pouvait parfois être négligée. Le marché très concurrentiel reste inégal en fonction de la taille des entreprises clientes qui peuvent se retrouver avec des coûts de licence trop élevés par rapport à leur taille ou peuvent manquer d’un service après vente par exemple.

Nous avons passé trois années à étudier, comprendre et analyser ces besoins, dans le but de créer une solution que nous voulions accessible et adaptable à toutes les tailles d’entreprise, avec un réel service de proximité. Nous avons lancé l’activité de Panda ERP en août 2018.

David :

Il faut dire que la création de Panda ERP s’est également faite dans un contexte réglementaire favorable, que nous continuons de suivre avec attention. La loi de finances 2016 a permis une avancée technologique importante : elle demandait à ce que toutes les entreprises assujetties à la TVA, équipées d’un logiciel ou un système de caisse pour encaisser des particuliers, utilisent à partir du 1er janvier 2018 un logiciel conforme pour lutter contre la fraude. En plus d’avoir entendus et traduits des besoins concrets, nous avons suivi avec attention la loi de finances et les autres réglementations de notre marché.

2 . Pouvez-vous nous en dire plus sur votre activité ?

Antoine :

L’objectif du logiciel de gestion d’entreprise que nous intégrons, Dolibarr, est d’aider les petites et moyennes entreprises dans leur système d’information afin de faciliter leur quotidien : gestion de la relation client, gestion de projet et suivi de facturation. Nous avons choisi pour notre solution un hébergement 100% made in France, sécurisé – c’est-à-dire chiffré – et sauvegardé.

Pour comprendre les besoins réels des entreprises et voir la faisabilité du projet, nous réalisons souvent un audit avant vente et rédigeons un cahier des charges. Nous nous occupons également de mettre en place et de migrer les anciennes solutions des entreprises vers Dolibarr. Derniers points mais pas des moindres, nous formons les utilisateurs pour leur apprendre l’ensemble des fonctionnalités et fournissons en plus un service après-vente.

Anthony :

Notre objectif est vraiment de nous adapter à toutes les problématiques des utilisateurs. C’est d’ailleurs pour cela que la solution permet une mobilité complète, soit avec une tablette ou un ordinateur portable : il n’y a pas de contrainte propre à un poste utilisateur. L’entreprise doit pouvoir se concentrer sur son activité propre et se reposer sur un partenaire fiable qui lui permet de gérer son business en temps réel.

3 . Quels domaines de gestion de l’entreprise couvrez-vous plus précisément ?

David :

La solution Open Source Dolibarr couvre une grande partie des besoins de l’entreprise : cela va de la gestion clients et fournisseurs, de la gestion des devis et de la facturation, des produits et des stocks, des ressources humaines, de l’administration, de la comptabilité jusqu’à la gestion de la production. Dolibarr est une solution ouverte, en Open Source : nous pouvons donc y intégrer des modules complémentaires, que nous développons en fonction des besoins des dirigeants.

4 . Avec quel type d’entreprises travaillez-vous ?

Antoine :

Nous travaillons principalement sur la Région de la Nouvelle-Aquitaine, pour répondre au mieux aux besoins de proximité que nous avons détecté et auxquels nous sommes attachés. Parmi ces entreprises, nous comptons notamment des artisans (créateurs, professionnels du bâtiment, travaux publics, etc.), des professionnels de l’industrie, ou professions libérales. Généralement, ce sont des entreprises qui comptent entre 1 et 30 collaborateurs. 

5 . Quelles sont vos valeurs chez Panda ERP ? 

Anthony :

Nous savons qu’une entreprise se transforme en continue : sa dynamique varie en fonction du marché, des besoins, des demandes clients, des ressources disponibles, etc. Nous voulons justement promouvoir les solutions Open Source pour apporter à nos clients des solutions qui évoluent dans les temps, tout en restant fiables. Nous-mêmes sommes en recherche d’une amélioration continue et réfléchissons aux évolutions pour les prochaines années. Nous voulons notamment adapter le logiciel de gestion aux grandes tendances macroéconomiques comme les entreprises connectées, l’optimisation des informations entre collaborations internes et externes. 

David :

Je rajouterais une autre chose importante à nos yeux : nos services ne se résument pas seulement à un statut de conseils. Nous tenons à former et accompagner les dirigeants dans leur stratégie numérique. Toutes les entreprises ont leurs contraintes, nous cherchons à simplifier au maximum leurs procédures internes. 

6 . Comment se déroule le passage à la solution Dolibarr ?

Antoine  :

On peut penser qu’en adoptant une solution de gestion, la solution suffira à elle-même. Seulement, nous avons toujours besoin de mettre en place une organisation pour que la solution soit optimale : il faut être assidue dans la saisie des données et accompagner ces changements. C’est une routine à prendre, qui permet ensuite de gagner beaucoup de temps. D’ailleurs, changer pour un nouveau logiciel de gestion peut être appréhendé par certaines équipes mais la prise en main est toujours plus simple qu’il n’y paraît.